TOURS - VENDÔME - PARIS
COMMISSAIRES - PRISEURS
EXPERT PRÈS LA COUR D'APPEL
François RUDE - Louis XIII




François RUDE (Dijon,1784 - Paris,1855)
Louis XIII adolescent



Esquisse modelée. Statuette en argent, base en bronze.

Vers 1843.

Haut. 33, Long. 9, Prof. 9 cm.

Montée sur une pendule néo-Renaissance en marbre blanc, d'après un dessin de Félix Duban.
Haut. 31, Long. 40, Prof. 18 cm.
Mécanisme en laiton, échappement à ancre, signé "Desmaret, élève de Claude Mobin".

Historique :
Tirage en argent de la maquette de Louis XIII, offerte par le duc de Luynes à l'architecte Félix Duban (1798-1870).

Le duc de Luynes et Duban aménagent au rez-de-chaussée du château de Dampierre, dans l'ancien Cabinet de la Reine, un véritable sanctuaire dédié à la Renaissance, La pièce reçoit une statue de Louis XIII par Rude, commandée en 1840, fondue en argent par Richard, Eck et Durand, posée sur un piedestal sculpté par l'artiste lui-même - et exécuté en bronze " de la meilleure qualité " par les mêmes fondeurs.

Cette statue (haut. 260 cm) ayant disparue, notre réduction de Louis XIII est l'unique statue de Rude, d'époque - et en argent conservée à ce jour.
Le musée des Beaux-Arts de Dijon conserve depuis 2007 une réplique en bronze de 1878.

Rude s'inspire des gravures d'un ouvrage équestre du XVIIe siècle, auquel il emprunte la physionomie, le costume et la badine dont le cavalier se sert pour dresser sa monture. L'attitude fière et désinvolte du jeune roi de seize ans mêle une grâce encore enfantine et un port altier : cambré sur le côté droit, la jambe gauche un peu avancée, la main droite tenant une badine. Rude insiste sur les détails - comme pour sa statue du maréchal Ney (Paris, place de l'Observatoire) ou encore la Marseillaise (Paris, Arc de triomphe) - avec une extrême précision.

Il est maître de l'élégance du costume de Louis XIII, dont les détails sont rendus avec virtuosité : cuir souple des grandes bottes aux plis élégants, cordonnet du chapeau en feutre à large bords, jusqu'à la ciselure de la collerette de dentelle en éventail.


Provenance :

  • Conservée depuis l'origine dans la famille de l'architecte Duban. 
  • Transmise à son neveu Alexandre Flacheron, étiquette manuscrite ancienne : "Statuette en argent, d'une maquette en cire perdue, par Rude, de Louis XIII qui est au château de Dampierre. Donné à mon oncle Félix Duban qui fit la restauration du château de Dampierre, par le duc de Luynes". 
  • Ses descendants, collection familiale orléanaise.

Expositions : 

  • Blois, Duban les couleurs de l'architecte, 1996, catalogue p.150-154, reproduction p.154.   
  • Dijon, Un couple d'artistes au XIXème, citoyens de la liberté François et Sophie Rude, 2012-2013, catalogue p. 150-167, n° 121, reproduction p. 261.


    In fine...
    Il est émouvant de mettre en parallèle ces deux oeuvres originales de Rude - notre statuette en argent de Louis XIII enfant - et son chef-d'oeuvre monumental universellement connu : la Marseillaise de l'Arc de Triomphe de l'Étoile...

    Remerciements à Wassili JOSEPH doctorant en histoire de l'art, (université Paris-Sorbonne) commissaire scientifique de l'exposition Rude de Dijon, pour ses précisions et la rédaction de l'historique de cette statuette.