TOURS - VENDÔME - PARIS
COMMISSAIRES - PRISEURS
EXPERT PRÈS LA COUR D'APPEL



MONBRO AINÉ
BUFFET À HAUTEUR D'APPUI.


En placage d'ébène, il ouvre en façade par deux vantaux marquetés de volutes et rinceaux feuillagés en partie de laiton et d'étain sur fond d'écaille brune. Très riche ornementation de bronzes ciselés et dorés : masque de femme en chute, tête de faune, coquilles, feuilles d'acanthe, feuillages stylisés, rubans, frises d'oves et figure d'Hercule ceinte de la dépouille du lion de Némée pour les côtés. Les pieds antérieurs constitués d'une importante pièce de bronze ornée de volutes. L'intérieur en acajou et placage d'acajou. Plateau semi-encastré de marbre noir.

Estampillé à deux reprises : MONBRO AINÉ, pour Georges-Alphonse-Bonifacio MONBRO.

Style Louis XIV, Napoléon III.

Haut. 115, Long. 157, Prof. 66 cm.

Provenance :
- Vente aux enchères : Me Charles Pillet, 12 décembre 1859, Paris, n° 52.
- Vente aux enchères, Dunkerque, 1936.
- Depuis, collection particulière, Amboise.


Georges-Alphonse-Bonifacio MONBRO (1807-1884) est le fils aîné de Georges-Bonifacio Monbro (1774-1841), établit à Paris comme "ébéniste-antiquaire", au tout début du XIXe siècle. La direction de l'atelier et de la boutique de la rue Basse du Rempart lui revient en 1838. Sous son impulsion, l'entreprise devient l'une des plus importantes de Paris. Tout en conservant les mêmes spécialités que son père : " ameublements anciens, ateliers de réparations, pendules, bronzes, candélabres, meubles sculptés, bois dorés Louis XIV, Louis XV... ", il développe l'activité ébénisterie de la maison.

Louis-Philippe se porte acquéreur de deux guéridons en bois noir et d'ébène ornés de cuivres dorés lors de l'Exposition des Produits de l'Industrie Française en 1844. Sous la Monarchie de
Juillet, Monbro fournit le Garde-Meuble de la Couronne et du Palais de Saint-Cloud. Il compte parmi ses fidèles commanditaires la duchesse d'Aumale. Le bas d'armoire en bois d'ébène, qu'il présente à l'exposition Universelle de 1855 est conservé au Musée d'Orsay. Deux ventes de son atelier sont organisées à Londres (1850) et à Paris (1859). Par ses dimensions et son iconographie, ce meuble correspond à la description précise du n° 52 de la vente parisienne.