TOURS - VENDÔME - PARIS
COMMISSAIRES - PRISEURS
EXPERT PRÈS LA COUR D'APPEL




École FRANÇAISE vers 1651, atelier de Juste d'Egmont.
Portrait de Gaston d'Orléans (1608-1660).


Toile.

126 x 97 cm. Restaurations anciennes.
Annoté en bas à gauche : "Gaston fils de France Duc d'Orléans 1651".

Provenance : ancienne collection Welles Bostworth à Marietta (Vaucresson,
Hauts-de-Seine).


Notre portrait représente Gaston de France, duc d'Orléans (1608-1660), fils d'Henri IV et de Marie de Médicis, frère de Louis XIII. Représenté en armure, portant le bâton de commandement de la main gauche, le bras droit appuyé sur un socle de pierre portant l'inscription: "Gaston. Fils de France. Duc d'Orléans.1651."
Homme cultivé, célèbre pour ses intrigues, Gaston d'Orléans s'est opposé à Richelieu puis Mazarin. En 1651, année de la majorité de Louis XIV, il se rallie aux frondeurs, et multiplie les attaques contre Mazarin. L'année suivante, alors que Louis XIV parvient à mettre un terme à la Fronde, Gaston d'Orléans, contraint de signer sa soumission, est exilé à Blois où il finira ses jours. Le château de Blois lui doit beaucoup.
Est-ce à ces années de troubles que l'arrière-plan du tableau fait référence ? Ou bien aux nombreuses victoires militaires de Gaston ? En effet, dès 1628, il commande l'armée lors du siège de La Rochelle. Puis à la mort de Louis XIII, il est nommé lieutenant-général du royaume. C'est ainsi qu'au cours des années 1640 il mène campagne contre les Espagnols et conquiert une partie des Flandres.
Juste d'Egmont (1601-1674) est l'un des portraitistes les plus importants du règne de Louis XIII. Il collabore auprès de Rubens à la réalisation du décor du palais du Luxembourg commandé par Marie de Médicis en 1621 et participe, à la demande de Simon Vouet et Philippe de Champaigne, à la Galerie des Hommes illustres au Palais Cardinal. Signe de sa parfaite intégration, Juste d'Egmont est l'un des douze fondateurs de l'Académie royale de peinture et sculpture en 1648. Après une vingtaine d'années passées à Paris, l'artiste retourne à Anvers, ville dans laquelle il finit sa carrière.
On pourra comparer ce portrait à celui d'Henri III, duc de Montmorency, vendu à Paris le 14 novembre 2008, lot 48 (Me Libert, atelier de Juste d'Egmont).