TOURS - VENDÔME - PARIS
COMMISSAIRES - PRISEURS
EXPERT PRÈS LA COUR D'APPEL
LE BUSTE DE MOLIÈRE POUR LA COMÉDIE FRANÇAISE

cliquez pour accéder à la vente

Jean-Jacques CAFFIERI (Paris, 1725  - 1792)


Jean-Baptiste Poquelin dit MOLIÈRE.


Buste en plâtre.

Haut. 72 cm.
(accidents et usures).

Workshop of Jean-Jacques CAFFIERI. Jean-Baptiste Poquelin, known as MOLIERE. BUST in plaster. 


LE BUSTE DE MOLIÈRE PAR CAFFIERI POUR LA COMÉDIE FRANÇAISE


Caffieri, membre de l'Académie Royale de peinture et de sculpture était le grand portraitiste de la deuxième moitié du XVIIIe siècle. À partir de la fin des années 1770, à son initiative, les sociétaires de la Comédie Française commandèrent une série de bustes honorant les auteurs français pour décorer les entrées et le foyer du théâtre des Tuileries. Caffieri, dont on connaît le caractère ambitieux et vindicatif, réussi à placer neuf de ses bustes au sein de la prestigieuse institution. Mais c'est Houdon, éternel ennemi de Caffieri qui eut l'honneur de sculpter le buste de l'illustre Molière que l'on peut encore aujourd'hui voir dans le foyer de la Comédie Française. Dans le même temps, au début des années 1780, le Comte d'Angiviller, directeur des bâtiments du Roi, commanda à Caffieri, dans le cadre de la grande série des hommes illustres de France, une statue en pied de Molière aujourd'hui conservée au musée du Louvre (inventaire ENT 1987.8). En 1781 Caffieri présenta un buste de Molière au Salon sans que l'on sache précisément si ce portrait était préparatoire à la grande statue. En tout état de cause le buste du Salon de 1781 n'eut qu'un succès mitigé, ne fut pas transcrit en marbre ni fondu en bronze et on en perdit la trace.

À l'aube du XIXe siècle Alexandre Lenoir, conservateur du tout nouveau Musée des monuments français, entreprit une campagne de moulage des plus importants bustes de l'histoire de la sculpture française.  Lenoir était un grand admirateur de Molière et dans l'inventaire du musée des monuments français on retrouve deux bustes représentant le comédien, le premier (n°inv 281) est celui de Houdon, le second (n°inv 510) n'est  pas attribué et pourrait être de Caffieri. C'est avec l'aide d'Alexandre Lenoir que fut,  en 1799  inauguré au 31 rue du Pont Neuf, lieu présumé de la naissance de Molière, un buste en pierre identique au notre. Monsieur Georges Monval, archiviste de la Comédie Française affirme que " La tête exposée au Salon de 1781 (par Caffiéri) : c'est le buste du Pont Neuf ". Sans doute existe-t-il un lien entre le buste du Pont neuf celui de Lenoir, celui du Salon de 1781 et le nôtre. Notre portrait, de par sa construction, l'aspect et la densité du plâtre utilisé semble contemporain du buste du Salon ; vraisemblablement, comme pour la plupart des autres bustes de la collection du Musée des monuments français celui de Lenoir était un moulage de la fin du XVIIIème, la tête en pierre du Pont Neuf est quant à elle datable de la fin des années 1790.

En conclusion, notre important buste est une épreuve en plâtre sortant de l'atelier de Jean-Jacques Caffieri, datable des années 1780, témoignage unique du buste disparu présenté par le portraitiste au Salon de 1781.


Bibliographie en rapport :

  • Jules Guiffrey, "Les Caffiéri sculpteurs et fondeurs-ciseleurs", L.A.M.E, Nogent le Roi, 1993.
  • Stanislas Lami, "Dictionnaire des sculpteurs de l'école française du XVIIIème siècle", Éd. Champion Paris, 1914.


Expert : Alexandre Lacroix - 69, rue Sainte Anne 75002 Paris. Tél. : 06 86 28 70 75.